ABSENCE DES FAMAS DANS CERTAINES LOCALITÉ DU PAYS

La CMA peut-elle sécuriser les élections à Kidal ?

 

La tenue de l’élection présidentielle le 29 juillet 2018 prochain annoncée par le PM serait-elle possible ? Etant qu’il est clair que pour qu’il y ait une élection crédible et transparence,  il faut des conditions préalables. Il s’agit notamment de la sécurisation des lieux de vote,  alors que les forces armées et de sécurité  du Mali demeurent toujours absentes de Kidal. Une région jusqu’ici  contrôlé par la France et  la CMA.

La huitième région échappe toujours au contrôle de l’Etat  Malien au profit des groupes séparatistes armés et des français. Chaque jour que Dieu fait, le peuple assiste à des discours pour rassurer  la tenue des élections. Mais jamais les conditions du retour de l’armée nationale du Mali sur le terrain. Alors que les bandits séparatistes règnent et dictent toujours leur loi à Kidal aux yeux des partenaires internationales.  Que ce soit les forces Barkhane ou la MINUSMA, leurs responsables ne lèvent le petit doigt pour réclamer le retour effectif de l’administration et les forces armées maliennes à Kidal et autres localités.

Pire,  l’opposition politique  malienne contribue très peu pour la cause. Le président du PARENA, Tiébilé Dramé suit de près l’évolution de la crise, c’est pourquoi il informe l’opinion des  statistiques exactes sur le nombre de morts dans le rang des Famas. Du côté des partenaires, leurs media jouent le rôle de propagandiste  chaque fois qu’un évènement a lieu. Le gouverneur de Kidal, Sidi Mohamed Ag Ichrach est présent symboliquement, mais ses préfets et sous-préfets n’ont jamais été présents. S’il y a une chose importante qui fera tous les maliens heureux, c’est le retour effectif de l’administration et les forces armées et de sécurité dans la région de Kidal.  Mais un rêve qui ne cesse de se répéter chaque nuit.

En tout cas, la sécurisation des élections dans la région de Kidal qui n’est toujours pas dans le giron de la république par les Famas n’a jamais été évoquée par nos autorités. Une chose qui inquiète et qui doit inquiéter tous les Maliens.

SOURCE LE DENONCIATEUR: Hamadi Dicko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *