Affaire de l’écharpe des femmes de Kidal

Oumou Touré dément l’expulsion de la dame par Isak, son interpellation par le PM et rejette l’idée de démission

La Ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Oumou Touré était hier devant les journalistes à la maison de la presse pour couper court aux rumeurs et d’apporter la vraie version sur l’incident qui s’est produit pendant le déroulement des travaux des assises des femmes du Mali sur la paix. Lors de cet évènement, une dame a porté un torchon qu’elle appelait drapeau de l’Azawad pour provoquer les autorités.
Le Ministre Touré a précisé que la dame provocatrice n’a pas été expulsée par le président de l’Assemblée nationale. Pendant la visite aux institutions de la république, la délégation était conduite par le secrétaire général du département. Ainsi, lors de l’audience à l’Assemblée nationale, au moment où les participants se mettaient en place pour attendre l’arrivée du président, Issiaka Sidibé, le Segal du ministère de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille en plus de certains collaborateurs ont constaté seulement en ce moment, une écharpe aux couleurs douteuses. En contact avec la ministre, qui a donné des instructions fermes, le segal a réagi en demandant à Mme Minetou Wallet Bibi de Kidal de se débarrasser de son écharpe au sein de l’institution, que cette attitude n’est pas acceptable et ne peut être tolérée. L’intéressée ayant refusé, le secrétaire général a fait appel à la députée de Kidal pour la persuader à se débarrasser de son écharpe. Elle a refusé encore. Finalement, le secrétaire général n’a eu d’autre choix que de la faire sortir de la salle et de la cour de l’assemblée nationale. C’est un agent du ministère avec un véhicule du ministère qui l’a conduit à son hébergement. Et depuis, elle n’a plus participé aux activités des assises. Oumou Touré rejeté encore les rumeurs qui circulent sur son interpellation par le premier ministre Abdoulaye Idrissa Maiga, relative à cette affaire. Sur l’idée de démission du ministre, elle affirme qu’elle n’a même pas idée de démissionner. « Et pourquoi démissionner ? Je suis malienne comme les autres. »
En somme, Madame le ministre affiche sa détermination et précise qu’en aucun cas, ce fait ne pourrait les éloigner des objectifs de paix et de dialogue social, de médiation et de réconciliation dont la place de la femme reste incontournable.
Hamadi Dicko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *