COORDINATION DES ASSOCIATIONS ET ONG FÉMININES DU MaLI

La présidente par intérim remet Oueleymatou Sow dans ses talons

« On ne devient pas la présidente par la violation des textes, je suis la présidente par intérim », dixit Mme Keita Fatoumata Sissoko,  présidente par intérim de la Cafo.  C’était lors de la conférence de presse animée par la présidente par intérim de la Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali, le Vendredi 5 janvier 2018 au siège de la dite organisation. Pour  éclairer l’opinion nationale et internationale sur la situation de la crise que la Cafo sévit depuis des années par rapport à la tenue de l’assemblée générale de la Cafo.

Il y a longtemps que les deux tendances de la Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali se déchirent pour la présidence de l’organisation. Ainsi, le « clan » dirigé par Ouleymatou Sow qui a tenu recensement une assemblée générale au mémorial Modibo Keita et désignant cette dame présidente de la Cafo.  De l’autre côté, la présidence par intérim est assurée par Fatoumata Sissoko depuis la nomination de Mme Traoré Oumou Touré comme ministre.

Mme Keita Fatoumata Sissoko a clarifié que « Mme Dembélé Ouleymatou  Sow a été suspendue de toutes les activités de la Cafo depuis le 26 Avril 2010,  suite à la réunion extraordinaire de son bureau exécutif national a tenu à un certain Mardi 06 Avril 2010. En application des dispositions de son règlement intérieur, elle n’assurait plus  sa fonction de secrétaire général de la Cafo jusqu’à la prochaine assemblée ». Selon  elle, il est très clair : pour être la présidente de la Cafo,  ce sont  les structures qui te font la présidente et non par la violation des textes ». Elle a évoqué les raisons de la suspension de Ouleymatou Sow à savoir : le refus de se conformer aux décisions de la Cafo, les agressions verbales, une concurrence ouverte contre la Cafo au profit de sa fédération dont elle était présidente, entre autres. » Fatoumata Sissoko ajoute que Ouleymatou continue toujours dans cette logique incompréhensible qui n’engage qu’elle. L’utilisation du cachet de la  Cafo est illégale, a-t-elle affirmé. En fin, elle a invité toutes les femmes maliennes à une union sacrée dans un Mali uni et apaisé.

Cette crise que la Cafo vit depuis un moment n’arrange personne. L’honneur des femmes n’est pas dans cette division, mais plutôt à l’union.

SOURCE LE DENONCIATEUR: Hamadi Dicko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *