DE LA RÉVOLUTION DU 26 MARS 1991 A LA RECONCILIATION LE 26 MARS 2018

 L’histoire interpelle

 

Il ya 27 ans déjà, le peuple malien déterminé, décidait de mettre fin à 23 ans de règne dictatorial du régime du Général Moussa Traoré, président de la république du Mali indépendant de 1968 à 1991. A cette date, il y a 27 ans, le peuple malien martyrisé, menait une lutte farouche, intense et très certes risquée. Mais la volonté ferme du peuple malien de Mars 1991 à agir dans l’unisson et dans la solidarité pour sauver le Mali, est venue à bout de 23 ans de pires dictatures. Ce qui interpelle les maliens sur le devoir de tout un chacun de surmonter les épreuves de l’heure : la paix et la réconciliation.

27 ans après, l’histoire s’écrit et interpelle ce même peuple de 1960, de 1991, de 2018, de s’unir autour d’un idéal qui est le Mali réconcilié et en paix. Cela, afin de faire honneur au père fondateur de la république, Modibo Keita, mais aussi, de rendre un hommage mérité à la démocratie instaurée en lettre d’or par le sang des victimes il ya 27 ans.

De Mars 1991 à Mars 2018, l’histoire a évolué. Le devoir d’obligation, de recevabilité et d’honorer de ces citoyens qui se sont battus pour l’avènement de la démocratie s’impose. Car,  ceux-là qui ont  leurs noms au panthéon de la république, rêvaient de léguer aux générations à venir un Mali meilleur, uni et prospère. Ce qui ne peut se réaliser sans paix et réconciliation, sans tous les fils et toutes les filles de la nation. C’est pourquoi, le Mali génération 2018 doit jeter un regard rétrospectif dans le passé, voir d’où il vient, afin de se regarder dans le miroir du présent pour mieux envisager avec sérénité,  le futur qui sera un choix : assumer les épreuves imposées par le temps et les surmonter ensemble, ou subir dans la division et périr à jamais. Ce qui ne fera honneur à ce pays dont les fils engagés au nom de la république, aveuglés par  la détermination à faire le salut de la nation, ont été dans l’histoire. Les maliens venus à bout d’une tyrannie de 23 ans, qui à un moment, avait promis l’enfer à un peuple docile,  n’aspiraient qu’à la dignité humaine. Répéter l’exemple des héros de la nation, en répondant à l’appel du présent, ne doit et ne devra être rien pour les fils du  Mali du guerrier Soundiata  Keita, du savant et chaste  El Hadj Oumar Tall, du père de la nation Modibo Keita, entre autres. Ces derniers, par leurs bravoures, avec beaucoup de sacrifices, ont désormais leur nom au panthéon de la république à jamais. Suivre leur exemple, apprendre de leur appartenance au pays jusqu’à l’heure mort revendiquée et leur amour pour la mère patrie, se doit d’être un devoir de la génération actuelle qui a le défi de réussir la paix et la réconciliation. Cela, sans faille. Car, le grand Mali d’hier est appelé aujourd’hui à faire face aux défis sous l’assistance des grandes nations. Celles-ci se mesurent dans leurs capacités à surmonter les exigences des temps. C’est pourquoi, pour l’honneur des martyrs des événements de Mars 1991, au nom des luttes héroïques pour  l’indépendance, au nom  de la république, au nom de la paix et de la réconciliation, l’union des maliens s’impose pour réconcilier les cœurs de tous les fils du pays,  afin de parvenir à la paix. Tout cela, pour sauver le seul et unique symbole qui unit les maliens : le Vert- Or et le Rouge.

SOURCE LE DENONCIATEUR: J.B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *