FIN DE MANDAT D’IBK A LA TETE DU G5 SAHEL

Le soubassement d’un bel avenir

Dans le souci partagé d’apporter une réponse juste aux multiples contraintes que font face les cinq pays du sahel, les chefs d’Etat des pays membres, Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad, ont créé le 16 Février 2014 à Nouakchott, le G5 Sahel. Une force conjointe qui aura la lourde tâche de faire face à la lancinante question de la sécurité dans le Sahel. Après quatre ans, si beaucoup reste à faire, le chemin d’une guerre sans merci est déjà lancé. Notamment en 2017 sous la gouverne d’IBK qui a su débroussailler le terrain et baliser le jalon d’une force d’avenir.
Une force prometteuse pour la sécurité dans le Sahel, dont la présidence malienne en 2017, aura posé l’armature d’un bloc défensif puissant. Après une année sans repos, le président malien a passé le témoin à son homologue Nigérien, le mardi 6 Février 2018 à Niamey avec une charge béton. Tant dans la consolidation des acquis indéniables que des défis auxquels il aura la lourde tâche de relever.
2017, une année charnière
Pour la force mixte du G5 Sahel, l’agenda en 2017 a été très chargé avec à la clé, des réalisations solides et prometteuses quant à l’avenir de la force 5, sur les plans organisationnel et politique, surtout de défense et de sécurité. En ce qui concerne l’organisation, si du chemin reste à parcourir, beaucoup a été fait. Déjà le 9 Septembre 2017, l’ouverture du poste de commandement interarmées tactique (PCIAT) à Sévaré au (Mali) de haut standing logistique, a été suivie une semaine plus tard par la mise en place de la capacité opérationnelle initiale de la force conjointe. Comme pour dire que le G5 n’est pas là pour figuration mais pour agir.
G-5 Sahel, une force active !
En tout cas, le mandat d’IBK a été celui de l’élan d’attaque, de tactique et de sécurité. L’amorce des opérations de patrouilles militaires ‘’Hawby’’ avant ‘’Pagnali’’, sont toutes successivement à la traque des groupes terroristes et narco trafiquants. Ces opérations lancées seront des sentinelles à mieux équiper en termes de logistique et d’armement dans la continuité des efforts du côté de Niamey.
IBK, très actif pour la mobilisation de fonds
Aussi, faut-il le rappeler, l’argent est le nerf de la guerre, dit-on. Les cinq chefs d’Etat et de gouvernements qui tablent sur la bagatelle de 440 millions d’euros, osent désormais compter sur plus de 295 millions d’euros sous format (promesses). Visant le financement exclusif des politiques et ambitions, le président sortant qui se dit satisfait sur d’autres plans (organisation et actions) a été déterminant dans la mobilisation des fonds à travers les périples qui l’ont conduit successivement en France et en Allemagne, qui sont des pays stratégiques en matière de coopération pour la lutte anti terroriste.
Ainsi, face à l’urgence terroriste, une grande annonce a été faite sous le président Ibrahim Boubacar Keita, celle de la volonté et de l’engagement des chefs d’Etats du G5, à assainir l’espace Sahélien longtemps vulnérable à moult péripéties. IBK a donc mis fin à la recréation. A Mamadou Issouffou de dicter la loi labélisée « G5 Sahel » sur toute l’étendue de l’espace commun afin de venir à bout des trafiquants de tout genres et mettre fin aux caprices des terroristes ou indépendantistes.

SOURCE LE DENONCIATEUR: JB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *