INTERDICTION DU STATIONNEMENT DES SOTRAMA AU « RAIL DA »

La jeunesse de Bagadadji à bout des nerfs

 

Depuis 2016, « le rail da », place publique de stationnement et de vente serait devenu une source de conflits qui opposent le chef du syndical national des transporteurs, Marafa Touré, Souleymane Diallo dit Joli, chef d’un sous comité de gestion du transport urbain et la jeunesse de Bagadadji autour du stationnement des Sotrama.

Marafa Touré, chef du syndical national des transporteurs aurait une base de stationnement des Sotrama à la rive droite. Les transporteurs urbains de sa base auraient décidé de déloger les éléments de Souleymane Diallo dit Joli. Cela a donné naissance à des échauffourées entre les deux camps, celui de Marafa et celui de Joli. Dépassée par les évènements, la jeunesse de Bagadadji a décidé d’agir en intervenant pour asseoir la paix entre les deux camps. Le comble est que chaque fois que les deux camps s’affrontent, il y a parfois des coups de feu et des blessés, ont-ils laissé entendre. Cela n’est pas bien pour l’image du quartier. C’est dans ce contexte qu’elle aurait invité les deux autour de la table de négociation.

Le camp de Souleymane Diallo a répondu à l’appel, mais celui de Marafa a été invité en vain. Selon les jeunes, le « rail-da » ne peut pas continuer à être un champ de violence. Ce n’est pas normal que d’autres personnes d’ailleurs viennent faire la bagarre chez eux puisque le « rail da » est un lieu où les uns et les autres cherchent leur pain quotidien. Il serait bien de s’entendre sur un point afin que tous gagnent. Comme le camp de Marafa n’est pas venu, ils ont travaillé avec Souleymane Diallo. Ils lui ont demandé de verser une somme à la jeunesse de Bagadadji pour participer au développement du quartier.

Juste quelques mois après le début de l’application de cet accord entre Souleymane Diallo et la dite jeunesse, la mairie de la Commune II qui n’intervenait pas entre les protagonistes, a  sorti avec une lettre signée par Fodié Salim Traoré, 1er adjoint au Maire Abba Niaré,  no 0064/MCII-DB qu’elle adresse à Souleymane Diallo. Il est écrit : «  la présente est pour vous informer que pour des raisons de sécurité le stationnement même temporaire des Sotrama est interdit jusqu’à nouvel ordre, le long de la promenade des Angevins et les alentours immédiats notamment de l’assemblée nationale, le rond point Gabriel Touré et la route de Koulikoro… ».

Par conséquent, la mairie a déployé des policiers pour monter la garde dans les alentours. Toutes les Sotramas sont empêchées de stationner depuis environ un (1) mois. Nous avons été témoin oculaire ce jeudi 07 février 2018.

Ce qui irrite les jeunes est que la mairie a usé de son pouvoir pour nuire à leurs intérêts. Selon eux, puisque la mairie ne fait rien pour le quartier, les petites réalisations des jeunes constituent un discrédit pour le maire et ses acolytes, chose qui pourrait lui coûter cher pendant les élections communales prochaines. Car, on vote pour quelqu’un qui se soucie de la population. Les jeunes affirment aussi c’est la complicité de Marafa et la mairie de la commune II qui ont conduit à tout cela. Les jeunes du quartier auraient fourni beaucoup d’effort pour empêcher la vente abusive des parcelles par la mairie, tel que le champ hippique. Ils dénoncent aussi l’installation massive des stations services. Selon les jeunes, la marie devrait les consulter avant d’agir. On ne peut prendre une décision concernant une population sans la consulter. Ils réclament le retour des Sotramas dans les environs.

Il faut ajouter que les autorités communales ne font pas toujours honneur à leurs populations. Il y a trop de conflits ingérables provoqués par les mairies. Les jeunes veulent que la mairie revienne sur sa décision pour éviter des désagréments dans le futur.

SOURCE LE DENONCIATEUR: Tang

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *