L’Hémophilie

Un  trouble de coagulation du sang pouvant conduire à la mort

L’association malienne de lutte contre l’hémophilie et les autres coagulopathies (Amalhec), en partenariat avec la fédération mondiale de l’hémophilie, est désormais implantée au Mali. Une journée d’information des hommes de presse pour une amélioration de la prise en charge de l’hémophilie et les autres maladies hémorragiques a eu lieu le vendredi 30 novembre à l’hôtel Dream village sis à Missabougou.

L’hémophilie est définie comme une maladie héréditaire transmise des parents à leurs enfants. Elle est caractérisée par une tendance à saigner plus longtemps. Cette maladie, d’après les explications du Dr. Yacouba Diallo, touche sans distinction de race, plus les garçons. Les premiers signes de l’hémophilie sont découvertes de diverses manières pour les personnes de jeune âge (début marche ou de chutes de dents), la circoncision, le tatouage, la scarification etc.

Cette maladie se manifeste, selon Dr. Diallo, par le déficit en facteurs de coagulation. Repartie entre deux types qui sont l’Hémophilie A et B, le diagnostic étant biologique se fait au laboratoire. Elle se manifeste à travers des hémorragies. L’hématome est le saignement dans les muscles tandis que l’hémarthrose est le saignement dans les jonctions articulaires y compris toutes les autres parties du corps, extériorisées ou internes. Le niveau de sévérité est de trois étapes de gravité. Il s’agit du niveau sévère, modérée et mineure.  Le traitement de la maladie est à vie et se repose sur l’administration de facteurs anti hémophiliques.

En conclusion, sans un traitement adéquat, le malade hémophile peut mourir de saignement ou développer des complications souvent irréversibles telles que la raideur des articulations des pieds et équins, entre autres.

La fédération mondiale de lutte contre l’hémophilie, partenaire de l’Amalhec, représentée par  le Pr. Jean François de Montpelier, qui est aujourd’hui le point focal du jumelage médical entre Montpelier et Bamako dans le cadre de la prise en charge des cas d’hémophilie. Le Mali compte aujourd’hui 116 personnes diagnostiquées hémophiles. Le parrainage de l’Amalhec par le Pr. Jean François date depuis 2012. Et depuis lors, c’est plus de 1. 2oo ooo ooo f cfa qui a été investi dans la prise en charge des malades souffrant de l’hémophilie.

source le dénonciateur

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *