PRESIDENTIELLE DE 2018

Le  soutien à IBK  éparpille les abeilles ! 

 

A quelques mois cruciaux  de l’élection présidentielle, rien ne semble aller dans  la ruche. Les divergences au sein du parti ne font qu’augmenter de jour en jour. Si l’on croyait  qu’ils étaient en commun accord pour  désigner un  candidat  sorti tout droit de leurs rang, la déclaration signée par Kalfa Sanogo, Dramane Dembélé  et  Moustaph  Dicko,  qui décident  conjointement de suspendre leur participation au processus actuel de désignation du candidat de l’Adema pour 2018, en dit long sur la chose.

 « Le clan IBK » au sein du parti  qui ne prévoyait pas de candidat pour l’élection présidentielle  prochaine  et  aspirait à accompagner IBK semble, gagner le jeu à travers le comité exécutif du parti qui veut imposer l’ancien président et  ami d’IBK,  le professeur Dioncouda Traoré, qui au préalable ne veut pas être candidat.

Les trois candidats  du parti, taxés comme  anti IBK, à savoir Kalfa Sanogo, Dramane Dembélé Moustaph Dicko, sont rejetés par le comité exécutif. Dans cette logique, ils ont donc  décidé ensemble de suspendre leur participation au processus de désignation du candidat de l’Adema.

En effet, la candidature  du professeur avait été proposée et même annoncée depuis un moment, mais l’ancien président intérimaire du Mali n’était pas d’accord, parce qu’il voulait prendre sa retraite politique. Le professeur n’est plus membre actif du parti,  mais plutôt un président d’honneur.  Jusque-là,  il n’a effectué aucune sortie médiatique pour  confirmer sa candidature et se trouve en dehors du pays pour des soins. Pourquoi vouloir imposer un président d’honneur qui n’est même pas intéressé  alors que d’autres  membres, fervents défenseurs des idéaux du parti  sont partants ? D’autant  plus que ce dernier avait déjà annoncé qu’il ne serait pas candidat face à IBK si jamais ils atteignaient tous les deux le second tour. Dans les coulisses, on nous  parle de dettes morales et politiques, faisant croire que  Dioncounda et plusieurs membres du parti seraient redevables à IBK. Cette situation confuse créée exprès par le président du parti et complices, risque de porter un coup  dur à la popularité du parti, en cette approche de la présidentielle. L’Adema-PASJ risque d’être le grand perdant s’il aborde les élections en rangs dispersés.

SOURCE LE DENONCIATEUR: Maryam      

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *